[Accueil  général]
[
Sommaire béarnais]
[Bibliographie]

                Apprendre le béarnais            

LES BASES DE LA LANGUE BÉARNAISE 

[grammaire] [conjugaison] [écriture] [proverbes] [phrases courantes] [le béarnais au quotidien
[patrimoine général]  [dictionnaire franco-béarnais]  [groupes folkloriques]  [prénoms béarnais
Il est fortement conseillé aux débutants qui veulent apprendre le béarnais, de commencer par 
ICI  -page sonorisée-

>><< 
Deux clés pour mieux comprendre
Le béarnais est une des composantes du gascon, dont les particularités,  essentiellement phonétiques et  lexicales, viennent de son substrat aquitano-pyrénéen très ancien , remontant aussi aux origines de la langue basque ... toutefois, béarnais comme gascon, font partie prenante des parlers occitans -qui s'étendent sur presque toute la moitié sud de la France- ,  tout en conservant  leur spécificité Du fait de la construction progressive de l'État par la monarchie évoluant vers l'absolutisme, le parler du roi de France (ou francien) finit par s'imposer -sauf en Béarn- comme langue du royaume ,  en 1539 (Édit de Villers-Cotterêts ). Le Béarn fut rattaché à la France en 1620, mais si les béarnais acceptèrent la présence d'un intendant du roi, les États du Béarn (sorte d'Assemblée Législative) gardèrent de la puissance et les séances continuèrent de se tenir en béarnais.
La prononciation :
- Entre crochets: l'alphabet phonétique international .
1°-Voyelles:
- >  se prononce différemment selon les contrées -en général comme en français-, sauf :
-
Après la syllabe portant l'accent tonique, il se prononce en général (o) , c'est- à- dire o affaibli,
   parfois oe ou a affaibli dans certaines contrées. La vaca se prononce (la bakoe)
Dans la partie occidentale du Béarn, il se prononce plutôt oe, et dans la partie orientale, plutôt o.

-
à  >  se prononce toujours franchement (a) quelle que soit sa position.[a]
-
Le
e final atone est très souvent prononcé oe
-
e
et é   > se prononcent  é : ex=deber (devoir) se prononce (débé). [e]
-
è
se prononce comme en français.
-
o et ó > (sans accent et avec accent aigu), se prononcent comme le français ou: ex =j o (je,moi), donne you. [u]
-
ò  >
(avec accent grave) se prononce toujours comme en français : ex=oc(oui) , o de donne [o]
-
i
et í ; u et ú se prononcent comme leurs homologues français, sauf dans les diphtongues.
- i  >
(dans un groupe de voyelles). Dans les diphtongues ai, ei, èi, oi, òi, il faut toujours sentir la mouillure du i
ex= lou mes de mai (le mois de mai) se prononce ( lou més dé may)

- u >
(dans un groupe de voyelles). Il se prononce toujours comme en français ou ...( ou comme l'anglais w)  
         quand il est dans un diphtongue: [u]  - ex= atau (ainsi) se prononce (ataw; ataou)
 
2°- Les diphtongues :   Une diphtongue est formée de 2 voyelles qui se prononcent d'une seule émission de voix

ai -l'ainat / l'aïnat (l'aîné)
ei -la lei / la leï (la loi)
èi -la lèit / la lèït (le lait)
oi -lo coire / lou kouïré (le cuivre)
òi -beròi / béroï (joli)
ui -se réduit gt à u : lo hruit / lou rut (le fruit)
au -la sau / la saou (le sel)
eu -lo peu / lou peou (les cheveux)
éu -lo cèu / lou cèou (le ciel)
òu -un hòu / u hòou (un fou)
 
ie-ié -mielher/miéllé (mieux)
iè -pièla /pièlo (pile)
iò -la biòca / la bioko (la nourriture)
io -violent /bioulénn (violent)
iu -liurar /liourà (livrer)
ua -guardar /gouardà (garder)
ue -lo huec / lou houéc (le feu)
ia -cette diphtongue , lorsqu'elle est atone se réduit à i
      espiar / éspío (regarder)
      parguía /parguío (cour)

Les triphtongues 

Tous les éléments se prononcent :
-sieis / si é ïs (six)
-puei /  pou é ï (le coteau)
-uèit / ou è ït (huit)
-noviau / noubi a ou (nuptial)
-lo profièit / lou proufi è ït 
(
le profit)
 
  3°- Consonnes :

b se prononce comme en français , mais , en position finale il se prononce (p)
c se prononce comme en français, c'est-à-dire (s) devant e et i, mais (k) devant a, o ,u.
d se prononce (t) en position finale.
g devant e et i se prononce soit (j), soit (y) selon les contrées: il en est de même pour la lettre j. [j] ou [z]
- lou gendre va donner (lou yéndré) ou (lou jéndré)
- en position finale, après une consonne, il se prononce (k): un reng va donner (u rénk)
- lorsqu'il se trouve en position finale après une voyelle, on le prononce (ty) c'est-à-dire t mouillé

h se prononce fortement aspiré (comme l'anglais house) , même quand il se trouve à l'intérieur d'un mot: 
      ex=la hami (la faim), la hèsta (la fête), bohar(souffler), lo hill (le fils)

- Le h n'est muet qu'à l'initiale quand il précède l ou r dans des mots comme lo hrair (le frère) 
qui se prononce (lou ray) , lo hroment (le froment) qui se prononce
(lou roumén)
l :
lorsque le double l est précédé d'un i (ill) se prononce en faisant bien entendre les 2 l
n 
se prononce comme en français dans le corps d'un mot, 
......mais dans les groupes en, an, in, on, un;  il doit garder sa sonorité propre. ex=lou brenn (le son)

- En fin de mot et dans les groupes an, en, in, on, un , le n s'affaiblit et sa présence n'est plus sentie que par un
prolongement de la voyelle précédente: 
ex= lo can (le chien) se prononce (lou ca); lo pan (le pain) donne (lou pa).

- En fin de mot, il ne se prononce jamais après un r : ex= la carn ( la chair) se prononce ka.
- Par contre, le n en position finale se prononce toujours dans:
- les finales verbales: ex= que cantan (ils chantent) -  les diminutifs en -in : ex= prauvin

dans le corps d'un mot est toujours roulé; en fin de mot, il ne se prononce généralement pas:
   ex= aperar (appeler) se prononce (apéra)
s
se prononce comme en français. Le s du pluriel se prononce.
t
 
se prononce comme en français . Le t final se prononce sauf lorsqu'il suit une consonne
   ex= en cantant se prononce (én cantan)      - Le t final est sensible après une voyelle :  cantat (chanté)  
v
se prononce comme le français b; [b] : ex = a v
òsté (chez vous) donne a bosté .
                         Dans certain cas, il se durcit en (p) ex= que'vs disi (je vous dis) se prononce quép disi.

x
 
se prononce comme en français, cependant, dans le préfixe ex suivi d'une voyelle, il se prononce (dz)
   ex= examén
se prononce édzamén

  4°- Prononciation des groupes de consonnes :

  - dans bt, il y a généralement assimilation du b: on prononce alors (p-t)
                    ex= dissabte(samedi) se prononce (dissapte) ou (dissat-te)
 
- ch
se prononce en principe (tch), mais il passe parfois en t mouillé(ty)
                   ex= un chic (un peu) se prononce (u tchik) ou (u tyik)
 
- Dans les gallicismes, il se prononce comme en français: un chivau (un cheval)
-
gn
se prononce (n-n) : ex=signar se prononce (sïn-na)
-
ih
se prononce l mouillé comme le ll du castillan . ex= vieilh (vieux) se prononce biéill.
                                                                                          lo mirailh (le miroir ) se prononce lou miraill.

-
nh
se prononce comme le gn. ex= nhacar(mordre) se prononce (gnaca)
        
*Lorsque le h est séparé du n par un point (n.h), il ne s'agit plus d'un n palatal  -l'in.hèr (l'enfer) se dit l'i hèr.
-
th
se prononce (ty): e x = vetèth (veau) se prononce avec le t mouillé (bétèit), mais parfois tch, ou parfois simplement t.
-
ish 
(sh en début de mot) se prononce comme le français (ch)
                    ex= adischatz (au revoir) se prononce adichat
  O

  5°-Les accents :

a) L'accent grave ( è ) sur e et o indique un changement du son de la voyelle. IL indique qu'un a doit 
fortement se prononcer franchement et non affaibli en (oe) oe (o). A noter que à, è, ò se trouvent toujours 
à l'emplacement de l'accent tonique.
Remarque : -Il n'y a pas d'accent circonflexe en béarnais.

b)
L'accent aigu
(
é ) a pour unique fonction de marquer la place de l'accent tonique. La sonorité de la voyelle 
demeure la même
que lorsqu'elle ne porte pas d'accent : é, í, ,ó, ú . Le á ne se trouve pas en Béarn..
c)
L'accent tonique:
Lorsqu'un mot a plus de 2 syllabes, l'une d'elles porte l'accent tonique. 
-La syllabe tonique est celle sur laquelle la voix s'élève
.

La place de l'accent tonique est indiquée par les règles suivantes:

--- Première règle: Quand un mot est terminé par :

- une voyelle => aniversari - anniversaire  O
- une voyelle suivie de s => gascona - gasconne
- quand c'est une 3° personne du pluriel terminée par n => que cantan - ils chantent
                                 L'ACCENT TONIQUE EST SUR L'AVANT DERNIÈRE SYLLABE.
--- Deuxième règle : Quand un mot est terminé par:
- une consonne autre que s ou que n de la 3° personne du pluriel du verbe =>  anem - allons :
L'ACCENT TONIQUE EST SUR LA DERNIÈRE SYLLABE.
--- Troisième règle : Quand un mot est terminé par un diphtongue
  (c'est-à-dire 2 voyelles) => ad
iu - adïou- (bonjour, au revoir ) :
                                 L'ACCENT TONIQUE EST SUR LA PREMIÈRE DES 2 VOYELLES.

 


. Certains mots n'obéissent pas à cette règle, mais dans ce cas, l'accent est marqué ;  divés (vendredi).
. Pour obtenir les sons "ò " ( comme bol en français ) : la còth  et " è " ( comme père ) bèth ,  on écrit l'accent tonique
. De même, les mots ci-contre font exception:  miélher (mieux) - vader (naître) etc...

   6° - Autres signes :
  - le tréma ( ï ) : il se place sur la voyelle qu'il ne faut pas prononcer en diphtongue, il marque la diérèse.
Exemple
= reünion se prononce (ré-uniou) et non (réwniou).
Il en est de même pour les autres voyelles comme : païs , poësia.
Dans les groupes de lettres comme güe ou qüe ou prononce (gwé) ou (qwé) : enqüèra se prononce (énkwèro) /encore/

- le trait d'union ( - ) : il s'utilise dans certains mots composés ,dont certaines particularités:

      - les mots formés d'une proposition entière : un minja-quan-n'a
      - les mots composés de 2 verbes à l'impératif : vira - revira   
      - les mots dont le premier élément est variable : un gat - esquiròu
      -
les mots composés avec des préfixes : lo vice - rei.             

* Il sert également à la coupure des mots en fin de ligne; dans ce cas, on ne coupe jamais 
à l'intérieur des groupes de lettres ch , sh , lh , nh , th .

- le point intérieur ( . ) : on utilise en gascon et en béarnais un signe appelé " point intérieur".
Il se place à l'intérieur d'un mot pour éviter que le n suivi d'un h soit prononcé (gn) ou que le s suivi d'un h soit prononcé (ch)
Exemple
= l'in.hèrn se prononce (l'i-hèr) ; es-hlor se prononce (ézlou).

   

UN EXEMPLE DE LECTURE: 

On écrit:


Dus pastors a l'ombreta
Que hasèn un boquet
L'un coelhè la vriuleta
E l'aute lo muguet.
Jo qu'aimi l'immortèla
Mèi que las autas flors
Com ei tostemps fidèla
Atau son mas amors.

On entend:


Du
s pastous à l'oumbréto
Qué hasèn u bouque
t:
L'u coueillè la br
ïouléto
E l'auté lou mugué
t
You qu'aymi l'immourtèlo
y que las aoutos flous
Coum ey toustém fidèlo    
Ataou sou
n mas amous.

 ...et ça veut dire :
Deux bergers à l'ombre faisaient un bouquet
L'un cueillait la violette et l'autre le muguet
Moi j'aime l'immortelle (l'edelweiss) plus que les autres fleurs
Comme elle  est toujours fidèle;  ainsi sont mes amours.

 

Nota bene  : Le béarnais, langue à part entière , s'inscrit dans l'occitan ; langue d'oc par rapport à la langue d'oil française et la langue du si, italienne et espagnole, ceci sans qu'il y ait notion de hiérarchie, mais pour des raisons de commodité de communication. Il est vrai que chaque langue s'est modelée sur son propre terroir tout au long des vicissitudes historiques, de façon spécifique, tout en recevant l'influence de ses voisines. Le besoin d'accroître les échanges et de s'unir par rapport aux langues officielles, a fait émerger la nécessité d'une normalisation pour l'ensemble des langues occitanes, notamment par rapport à la langue écrite . Les différences, parfois minimes, parfois importantes, concernant la langue parlée, laissent encore morcelé ce domaine, mais dans l'ensemble, ce qui rapproche les dialectes occitans entre eux est bien plus important que ce qui les sépare . Le béarnais quant à lui, a été rapproché du gascon , toujours pour des questions d'ordre pratique.
L'Occitanie s'étend du bordelais aux Alpes; grosso-modo au sud de la Loire. 
Le gascon est délimité dans un triangle: 
Océan
(hors Pays Basque sauf  Bayonne, Anglet, Biarritz) - Pyrénées - Garonne.

                          Amics , amigas, il  y a actuellement environ 6000 langues parlées de par le monde...Dans un siècle, plus de la moitié auront disparu . Nous en serons tous un peu orphelin, car une langue qui disparaît, c'est une  partie de nous même qu'on ne connaîtra jamais, une manière d'être ensemble qui nous échappera.  Faisons en sorte que le béarnais; son frère jumeau , le gascon et son frère aîné, l'occitan, soient de la partie . Écrire le béarnais est très bien, mais le parler est indispensable  (même très approximativement) . 
 

      
 

[grammaire] [conjugaison] [écriture] [proverbes [phrases courantes] [le béarnais au quotidien ] [patrimoine général
[sommaire] [dictionnaire franco-béarnais]  [groupes folkloriques]  [prénoms béarnais du moyen-âge] [dictons]


compteur de visite